IMPACT DE COVID-19 SUR LES ENFANTS

Les enfants ne sont pas le visage du COVID-19, mais ils risquent d'être parmi ses plus grandes victimes. Bien qu'ils aient heureusement été largement épargnés des effets directs sur la santé du COVID-19 - au moins jusqu'à présent - la crise a un effet profond sur leur bien-être. Tous les enfants, de tous âges et dans tous les pays, sont affectés, en particulier par les impacts socio-économiques et, dans certains cas, par des mesures d'atténuation qui peuvent par inadvertance faire plus de mal que de bien. Il s'agit d'une crise universelle et, pour certains enfants, l'impact sera ultime.

De plus, les effets néfastes de cette pandémie ne seront pas répartis également. Ils devraient être les plus dommageables pour les enfants des pays en développement, y compris le Rwanda, en particulier ceux qui se trouvent déjà dans des situations déjà défavorisées ou vulnérables.

Il existe trois principaux moyens par lesquels les enfants sont touchés par cette crise: 1)      Infection par le virus lui-même; les impacts socioéconomiques immédiats des mesures visant à arrêter la transmission du virus et à mettre fin à la pandémie; et les effets potentiels à plus long terme d'un retard dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

2)      Tomber dans la pauvreté: les mesures distance physique et de confinement nécessaires pour sauver des vies et supprimer la transmission du virus ont entraîné une réduction significative de l'activité économique dans toutes les grandes économies et la récession qui en a résulté dans tout le pays. De nombreux parents ont suspendu ou perdu leurs emploi à cause de la crise et auront donc du mal à survivre à leur famille. Au niveau des ménages, l'effondrement des revenus menace les moyens de subsistance de millions de familles avec enfants, ce qui entraîne:

- Conflit familial- Malnutrition et retard de croissance- Risque de travail des enfants pour la survie- La délinquance infantile- Nombre d'enfants engagés dans des activités commerciales et douteuses

3)      Exacerber la crise de l'apprentissage: 188 pays ont imposé des fermetures d'écoles dans tout le pays, affectant plus de 1,5 milliard d'enfants et de jeunes. Les pertes potentielles qui peuvent survenir dans l’apprentissage pour la jeune génération d’aujourd’hui et pour le développement de son capital humain sont difficiles à comprendre. Plus des deux tiers des pays ont mis en place une plateforme nationale d'enseignement à distance, mais parmi les pays à faible revenu, la part n'est que de 30%. Avant cette crise, près d'un tiers des jeunes du monde étaient déjà exclus numériquement. 3) Menaces pour la survie et la santé de l'enfant: Les difficultés économiques rencontrées par les familles en raison de la dépression économique mondiale pourraient entraîner des centaines de milliers de décès d'enfants supplémentaires, annulant les 2 à 3 dernières années de progrès dans la réduction de la mortalité infantile en une seule année. La malnutrition croissante devrait augmenter dans de nombreux pays qui dépendent normalement des repas scolaires pour une source fiable de nutrition quotidienne et doivent désormais se tourner vers d'autres sources. Les risques pour la santé mentale et le bien-être des enfants sont également considérables. Les enfants en détention souffriront également le plus.

Risques pour la sécurité des enfants: les mesures de verrouillage et des abris en place comportent un risque accru que les enfants soient témoins ou subissent des violences et des abus. Les enfants en situation de conflit, ainsi que ceux qui vivent dans des conditions insalubres et surpeuplées, comme les camps de réfugiés au Rwanda, courent également un risque considérable.

4) Perturbation de l'éducation et de la sécurité des enfants: Les fermetures d'écoles entraînent des coûts sociaux et économiques élevés pour les habitants des communautés. L'impact est cependant particulièrement grave pour les garçons et les filles les plus vulnérables et marginalisés et leurs familles. Par conséquent ;

- Une exposition accrue à la violence et à l'exploitation à domicile est très menaçante et alarmante car ils seront exposés aux travailleurs à domicile, aux garçons et aux hommes, entraînant des grossesses chez les adolescentes.

- La plupart des familles rurales manquent d'installations et d'équipements pour faciliter l'apprentissage en ligne, l'enseignement à la télévision et les installations Internet, les foyers et les parents pris au dépourvu pour l’enseignement à  distance et l’enseignement à domicile.

- Lacunes dans la garde d'enfants (DPE)- Augmentation potentielle des taux d'abandon lors de la réouverture des écoles- Exposition à des contenus inappropriés, à des prédateurs en ligne et à d'autres effets négatifs de la numérisation croissante (apprentissage en ligne)- Isolement social (les écoles sont des centres d'activité sociale et d'interaction humaine)

Les églises et autres rassemblements étant restreints, les enfants seront victimes d’oisiveté et ne bénéficierons l’opportunités d'apprentissage / d'échange de pair comme l'éducation religieuse et civique dans leur village (Itorero). Cela entraînera le mauvais comportement des   enfants et très souvent ils échapperont à l'attention / vigilance des parents pour s'engager dans des activités nuisibles qui pourraient même les exposer à COVID-19. Recommandations

  • Rééquilibrer la combinaison d'interventions pour minimiser l'impact des stratégies standard d'éloignement physique et de verrouillage sur les enfants dans les pays et les communautés à faible revenu et étendre les programmes de protection sociale pour atteindre les enfants les plus vulnérables.
  • Accorder la priorité à la continuité des services centrés sur l'enfant, avec un accent particulier sur l'équité d'accès - en particulier en ce qui concerne la scolarisation, les programmes de nutrition, la vaccination et d'autres soins maternels et néonatals, et les programmes communautaires de protection de l'enfance par exemple.
  • Fournir un soutien pratique aux parents et aux tuteurs, notamment comment l’approche de parentalité Positive, parler de la pandémie avec les enfants, comment gérer leur propre santé mentale et la santé mentale de leurs enfants, et des outils pour aider à soutenir l'apprentissage de leurs enfants.

Pour chacun des éléments ci-dessus, des protections spécifiques doivent être mises en place pour les enfants, y compris les réfugiés, les sans-abri, les enfants vivant avec un handicap et les enfants des rues, Il est maintenant temps de renforcer la solidarité pour les enfants et l'humanité - et de jeter les bases d'une transformation plus profonde de la façon dont nous nourrissons et investissons dans notre plus jeune génération.

Les gouvernements, les organisations internationales, les agences basées sur les enfants et les sociétés civiles qui travaillent sont appelés à soutenir et à atténuer tous les défis causés par la pandémie de COVID-19 pour le bien-être des enfants. Plus spécifiquement, nous appelons le gouvernement du Rwanda, les autres institutions gouvernementales concernées, par exemple MIGEPROFE, NCC, MINALOC, MINISANTE, MINEDUC, NCC, RIB UNICEF, SAVE THE CHILDREN, Plan International, Imbuto Foundation à avancer avec vigilance à l'unisson et prendre des mesures immédiates et appropriées pour les sans-voix, les enfants de cette nation. Nous vaincrons COVID-19.